En ce moment
 

A tête reposée, Felice Mazzu revient sur son premier match de Ligue des champions: "Ça restera un très mauvais souvenir pour le futur" (vidéo)

Dans une interview exclusive accordée à RTL Sport, l'entraîneur du KRC Genk Felice Mazzu s'est longuement confié à notre journaliste Renaud Terreur. Il est revenu revenu sur la soirée cauchemardesque de mardi à Salzburg. Les Limbourgeois ont subi une lourde défaite 6-2 face aux Allemands. Un match qui doit servir de leçon pour l'entraîneur d'origine italienne qui affrontera Naples dans une dizaine de jours et un certain Carlo Ancelotti.

Pour Felice Mazzu, il est difficile d'expliquer une telle défaite, mais il reconnaît que son équipe a peut-être trop respecté son adversaire du jour: "On a été éliminés quasiment dans tous les secteurs, on a manqué d'agressivité (...) On a été deuxièmes sur le ballon, on a commis quasiment aucune faute dans un match d'une telle intensité, à partir de ce moment-là l'adversaire a beaucoup plus facile à nous éliminer".

Il faudra tirer des leçons de ce  match. "On doit tirer des leçons par rapport au niveau de la Champions League et être beaucoup plus réalistes dans nos préparations de match contre de telles équipes et être beaucoup plus réalistes sur le terrain".

Le coach de Genk garde un souvenir amer de cette première expérience en C1. "Vous croyez que vous avez bien préparé votre match, que vos joueurs sont prêts mais après une minute trente, ça devient déjà embêtant, ça restera un très mauvais souvenir pour le futur".

Un match particulier face à Naples

Pour son deuxième match en Ligue des champions, Genk affrontera Naples le 2 octobre prochain. Un match qui aura une saveur particulière pour Felice Mazzu, originaire du sud de l'Italie. "C'est un club italien, tout le monde connaît mes origines et mes racines, c'est aussi un événement particulier car la grande majorité du public à Genk est d'origine italienne".

Ce match face à Naples, sera également l'occasion pour Mazzu de se retrouver face à Carlo Ancelotti, un entraîneur que l'ancien de Charleroi admire.

Vos commentaires